16 juillet 2018 – Le départ de Port Camargue

(Filmé par les studios Régis à Clamart).

16 juillet 2018 – Port Camargue-> Agde

C’est le grand jour !!! Nous avons quitté Port Camargue lundi 16 juillet à 8h30 pour Agde, ciel couvert et quelques gouttes de pluie. Sous voile au grand largue nous filons à 5 noeuds mais après une heure de navigation l’orage gronde sur le relief autour du golf de la Grande Motte et le vent tombe. Nous décidons d’affaler et passer au moteur pour nous dégager rapidement du mauvais temps. La météo relevée sur la VHF informe d’un BMS (Bulletin Météo Spécial) force 7 à partir de 15 heures jusqu’au lendemain 6 heures. Assez vite le vent monte à 20, puis 25 noeuds avec des rafales à 30 noeuds. Il nous reste 12 nm pour Agde. La mer commence à se creuser, changement de cap pour se mettre à l’abri à Sète. Malgré un appui moteur important remonter le vent dans le nez par force 7 et avec des creux de 1,5m se fait à 3,3 noeuds seulement. A 14h30 nous apprécions le calme du ponton du vieux port de Sète et un bon repas. Le grand air ça creuse.


18 juillet 2018 – Cap d’Agde-> Gruissan (rédigé par Boubou)

Matin: Après avoir pris un peu de retard le premier jour à cause de la météo nous avons pris la décision de partir très tôt ce matin du port du cap d’Agde. Sortie du port à 8h30, nous voilà partis pour Port-la-Nouvelle !! C’est une grosse journée qui nous attend: 24 nm de prévus au compteur. Avec une mer presque d’huile et un vent peu présent, la « nav » sera beaucoup plus reposante que la première 🙂

Soir: Nous avons finalement accosté au port de Gruissan après 6h de navigation rythmées de Yams pour certains, ou encore lecture au soleil pour d’autres. À 4 nm de Port-la-Nouvelle, nous avons préféré nous arrêter un peu plus tôt que prévu afin de faire une révision des moteurs. Finalement rien de grave, nous repartirons demain pour le port de Canet.
Grosse envie de wraps pour les mousses! Aube, Antoine et Loulou partent près de 2h à la recherche d’un supermarché… Ce seront des wraps bien trempés pour le dîner: gros orage en fin de soirée. Maintenant on peut être assuré de l’étanchéité de l’Atlantide! 😉


23 juillet 2018 – Palamos -> Blanés

Très belle navigation pour ce trajet de 18 milles entre Palamos et Blanés. Nous quittons notre mouillage au moteur. Dès la sortie de la baie nous trouvons enfin du vent. Malheureusement, nous devons tirer des bords pour rallier Blanès. Nous arrivons à remonter à 39° d’un vent apparent de 13 nœuds. Cela, permet de tenir des bords entre 5 et 5,2 nœuds. Par mal pour un catamaran Outremer ! J’avais choisi Blanès pour la possibilité de mouiller devant la plage juste avant l’entrée du port. La journée se termine par une baignade. Mais, vers 19 heures la Guardia Civil vient nous déloger de notre mouillage. Pas d’autre solution que le port que nous voulions éviter pour des questions de budget. Les ports espagnols sont très chers. Décision surprenante, car après une nouvelle vérification, les guides côtiers indiquent bien la possibilité de mouiller à cet endroit. C’est à 22h30 que nous comprenons cette décision de la Guardia Civil. Nous avons assisté à un feu d’artifice exceptionnel de 23 minutes. Superbe spectacle depuis le roof du cata …


24 juillet 2018 – Blanès -> Arenys de Mar

Le problème sur le moteur babord persiste malgrè un remplacement du filtre de décanteur, du filtre gasoil et l’ajout d’un additif de traitement à Canet en Roussillon. Dès que la mer est formée moteur en marche, un dépôt du fond cuve remonte et reduit le débit d’arrivée du gasoil, le moteur se met en sécurité. Normal. Il va doc falloir passer à l’étape suivante : pompage du fond de cuve, nettoyage du dépôt et remplissage de gasoil neuf.

Je prends la décision de nous arrêter à Arenys de Mar. Remonter au vent avec un moteur et des rafales à 25 nœuds dans le nez c’est long, très long … Le marineros m’accompagne auprès de Max, le mécano du port. Par chance il parle la langue de Molière. Il sort la tête d’un moteur avec sa combinaison pleine de cambouis et commence à me dire « je n’ai pas de temps avant 2 jours ». Je négocie sa venue pour jeudi matin à 9h. Espérons que le Messie sera présent. Nous avions prévue de passer une journée à Barcelone finalement le planing n’est pas boulversé d’autant plus que nous sommes 15 minutes à pied de la gare.


25 juillet 2018 – Barcelone (jour 1)

Nous voilà à Barcelone la première étape de notre périple. Ce matin, trajet en train depuis Arenys de Mar qui accueille Atlantide pour trois jours. Nous optons pour une location de vélo. C’est le meilleur moyen pour une journée de visite de la capitale Catalane. Descente de la Rambla, pique-nique en bord de mer à l’ombre d’un palmier puis direction la Sagrada Familia.


26 juillet 2018 – Barcelone (jour 2)

Max le Messie. Ouf !!! Il est bien présent ce matin. La cuve babord ouverte par les soins du capitaine, Max procède immédiatement à un pompage intégral des 70 litres restant. En effet, le fond est marron et opaque. Les angles présentent des traces de goudron. Un nettoyage complet à l’acétone permet de supprimer toutes les impuretés. 120 litres gasoil neuf sont reversés. Côté moteur le filtre du décanteur et le filtre gasoil du moteur sont remplacés. Trois heures plus tard, le moteur tourne comme une horloge. Quel bonheur !!!

Début d’après-midi, nous partons en train pour l’aéroport. Nos premiers équipiers Aube et Antoine nous quittent déjà après 10 jours de navigation. Ils ont parcouru avec nous les 182 premiers milles depuis Port Camargue jusqu’à Arenys de Mar. Ils ont été exceptionnels, participatifs, interessés, réactifs, joyeux, joueurs. Il restera un thème musical de ce parcours « wallah wallah wallah » de PNL (A l’amoniaque). On aimerait les garder plus longtemps mais nous devons quitter le continent pour les Baléares. Ils poursuivent leurs vacances pour l’une à Biarritz et pour l’autre à Alicante.

En soirée je prépare le trajet de 110 milles qui séparent le continent de Minorque. En Méditerranée c’est trop ou pas assez de vent. Pour les 4 jours à venir, peu de vent. J’ai préparé la route après analyse de la carte du NOAA (site américain), des prévisions de Windguru et des gribs téléchargés sur Weather 4D.

La dépression centrée sur l’Espagne depuis plusieurs jours n’arrive toujours pas à se combler. Cependant le gradiant de pression étant faible, rien de bien inquiétant. La stratégie est la suivante : départ demain vendredi vers 11 heures pour profiter de la prévision de vent 8 à 15 nœuds sur ce parcours. C’est du Sud mais on fera avec. Il faudra caler la bateau au près à 39/40° du vent apparent. Nous récupérerons l’angle perdu (180° de vent de Sud – 149° de route fond = 39° hors dérive due au vent et courant) au moteur en fin de nuit qui devrait être sans vent. Mais ça c’est la théorie. La suite on vous la racontera très bientôt.