3 mars 2019 – Culebra – Baya De Almodovar

21 milles à l’ouest de Saint Thomas (Vierges US) se trouve l’île de Culebra. Nous sommes toujours en territoire américain mais Culebra relève de l’adminstration de Puerto Rico. Il faut donc effectuer une nouvelle Clearance d’entrée. Notre arrivée étant au mouillage dans la Baya De Almodovar, j’ai téléphoné aux US Custom (787 882 3537) pour informer  de notre arrivée. Après avoir noté les informations sur le bateau et nos passeports l’agent nous demande de nous rendre dès le lendemain au bureau des douanes de l’aérodrome du Culebra (787 413 0498).  

Nous découvrons donc le mouillage de Baya De Almodovar vanté par d’autres navigateurs. Le nom fait déjà rêver. Il faut d’abord entrer dans une première baie entre deux récifs puis trouver le lagon dont l’accès est gardé par un îlot et un autre récif. Il faut être vigilent car les passes ne sont pas signalées. Le cadre est beau, sauvage car entouré par la mangrove, calme derrière les récifs l’eau est plate comme un lac. Il n’y a que deux bateaux dans ce superbe mouillage.

4 mars 2019 – Culebra  – Ensenada Honda

Nous nous déplaçons de 5 milles pour mouiller au fond de Ensenada Honda. Les US Custom nous attendent pour la Clearance d’entrée à Puerto Rico. Le bureau se trouve sur le petit aérodrome de l’île. Après trois formulaires complétés nous réglons 37$US pour la Crusing Licence nous permettant de naviguer sur toutes les côtes américaines pendant une année. Cela ne nous affranchira pas d’informer les US Costm & Border Protection de chaque entrée dans un nouveau district. Pour une fois l’agent des douanes nous a donné toutes les informations souhaitées et même des conseils pour la visite de son île.

5 mars 2019 – Culebra

Le vent ayant forci dans la nuit et l’accalmie n’étant prévue qu’en fin d’après-midi, nous avons décidé de rester à Culebra. De plus, la veille le Captain a constaté qu’un raguage en tête de mât avec la balancine avait détérioré la drisse de GV. Ayant le vertige, c’est au Dinghy Bar la veille au soir que nous avons fait la connaissance de Keny qui a accepté contre quelques dollars de jouer le voltigeur. En moins de deux, il grimpe les 20 mètres du mât (tout de même l’équivalent du 5ème étage d’un immeuble moderne), défait le nœud, coupe la partie fusée et refait un beau nœud en tête de mât.

L’après-midi, nous partons à pied pour la plage de Flamenco. Il paraît que c’est la plus belle de l’île. On y trouve les vestiges de deux chars américains qui rappellent que Culebra, tout comme Vieques, étaient un terrain de jeux de l’US Army.

5  – 7 mars – Puerto Rico – Isla Caja de Muertos

Nous quittons Culebra au petit matin en direction de la côte sud de l’île de Puerto Rico. En cours de trajet notre safran accroche une amarre de cargo à la dérive provoquant une vibration sur bâbord. Avec la gaffe nous réussissons à la décrocher. Notre arrêt anticipé se fera à Puerto Patillas pour s’assurer que le safran n’a pas été endommagé. Après une plongée de vérification, rien à signaler. Le lendemain nous reprenons notre route en direction de Isla Caja de Muertos. Cette toute petite île non loin de Poncé dispose d’une côte sous le vent. Nous sommes seul au mouillage. Les tortues parcourent les fonds transparents. A terre, les installations et la végétation n’ont pas résisté au dernier cyclone. Le long du chemin qui mène au phare construit en 1887, mais aujourd’hui à l’abandon, on peut observer d’immenses cactus de près de 4m de haut.

8 – 9 mars 2019 – Puerto Rico – Poncé

Nous mouillons devant l’entrée de la petite marina de Poncé. Au Sud de la ville cette marina est loin du centre mais elle est un point de rendez-vous pour les locaux avec ses bars et la musique. Nous louons une voiture pour visiter Poncé et faire un gros plein d’avitaillement les supermarchés seront très rares sur la suite de notre parcours.

10 mars 2019 – Puerto Rico – San Juan

De Poncé au Sud de l’île nous partons pour San Juan la capitale à 118km au Nord sur la côte Atlantique. Le vieux San Juan est construit sur une presqu’île. Elle avait été découverte par Christophe Colomb lors de son second voyage. Nous sommes tombé sous le charme de cette ville, belle, animée, aux nombreux sites historiques. Elle vaut vraiment le voyage avec ses forteresses et bâtiments coloniaux.