18 février 2019 – Saint Barthélémy

Le réveil sonne à 4h du matin car une navigation de 74 milles nous attend entre Antigua et Saint Barth. Nous devons attendre le passage d’un grain avant de lever l’ancre à 5h avec un ris dans la GV. Dès le lever du jour au portant à 120°, nous lâchons le Ris 1. Mais le vent forcit régulièrement pour s’établir à 25 noeuds apparent en rafales. Vers 10h, dans les creux de 2m nous devons reprendre un ris et laisser 70% de Solent. Atlantide file à plus de 9 nœuds et 11,5 dans les surfs. Il faut calmer la bête. Nous nous faisons chahuter sur la 1ère moitié du parcours avec des creux de 2,5 à 3m. Ensuite malgré une mer en vrac nous progressons à 7,5 nœuds moyen. Le vent se calme un peu avant notre arrivée. Nous mouillons devant Gustavia heureux mais épuisés.

La journée se termine par une balade à terre. A Saint Barth le luxe est à tous les coins de rue, grandes marques, agent immobilier, yacht démesurés. Violent retour à la société de consommation.

19 février 2019 – Saint Barthélémy

Allez ! Une bonne marche à pied ne nous fera pas de mal. Direction Lorient à 2,9 km sur la côte Nord. L’annexe est amarrée devant la capitainerie. Il faut d’abord monter jusqu’au phare qui surplombe le port de Gustavia. Sur la crête, le vent souffle très fort. Nous apercevons la piste d’aéroport en contrebas de la route. Les atterrissages doivent être acrobatiques.

Dans la baie de Saint Jean l’eau est bleue turquoise. L’hôtel Eden Rock 5* trône sur un promontoire rocheux.

Arrivé à Lorient nous ne pouvions pas poursuivre sans faire un stop sur la tombe de l’idole des jeunes. Ce n’est pas le plus beau cimetière marin mais certainement le plus visité. La dernière demeure de Gauguin et Brel sont certainement plus à envier.